Tuesday, July 17, 2007

東京 (Tokyo) - Part I [14, 15 & 16 juillet]

Lundi dernier, on était le troisième lundi de juillet. Et au Japon, c'est le jour de la mer (海の日 - Umi no hi), et c'est férié. J'en ai donc profité pour aller passer le weekend à Tokyo avec 2 compères (Jocelyn et Rémi).
On est donc partis vendredi soir d'Osaka à 23h en car, pour arriver samedi matin à 6h30 à Shinjuku (新宿, l'un des quartiers les plus actifs de Tokyo). Autant dire qu'en arrivant on n'était pas vraiment en forme! Mais on ne s'est pas dégonflés (enfin, pas tout de suite), et on est allés au gigantesque marché de Tsukiji (築地), sur lequel se vendent toutes sortes de poissons et fruits de mer qui en sortent juste. L'ambiance est amusante, comme dans tout marché c'est le souk (si je puis me permettre), les marchands disposent presque tous de petits triporteurs, sur lesquels ils vont d'un bout à l'autre du marché pour livrer leur poisson, ça créait un trafic assez chaotique. On a essayé de prendre quelques photos mais ça roulait et courait vraiment dans tous les sens, quand on a dormi deux ou trois heures dans un car ça surprend un peu...

Last sunday was the third sunday of july. And in Japan, it's the day of the sea, and it's a public holiday. I decided to go to Tokyo for the weekend with some mates (Jocelyn and Rémi).
We left Osaka on the friday night at 23:00 in a bus, and we arrived on the saturday morning at 6:30 to Shinjuku (one of the most active area of Tokyo). I can say we were not really in great form! But anyway, we didn't gave up (not yet), and we went to see the huge fishmarket of Tsukiji, where are sold every kind of fishes and seafood, all fresh. The atmosphere was quite fun, like in a market it was messy, almost all fishmongers were driving little delivery tricycles they use to transport the fish everywhere in the market. The traffic was kind of chaotic. We tried to take some pictures but everybody was driving and running in all directions, when you only slept two or three hours in a bus it makes it harder...




On est arrivé un peu après le carnage, on a raté la découpe du poisson mais on a eu droit aux restes...

We arrived after the massacre, we missed the cut but we could have seen the remains of the fishes...




Oui cette chose est un fruit de mer, j'ai oublié son nom, mais à première vue ça ressemble plus à un fruit de terre...

Yes, this is seafood, I forgot the name, but at first sight it looks more like a fruit...


C'est avec ce genre de lame qu'on découpe le poisson ici (on ne se rend pas bien compte à cause du manque de repères mais elle est vraiment longue!)

This is the kind of blade they use to cut the fish here (we can't realize correctly because there's nothing else than the blade to compare, but it's a really long one!)




Suite à cette excursion, nous sommes allés dormir un peu dans un café à Shinjuku, en attendant que la pluie cesse (pour la petite histoire, le weekend pendant lequel on était à Tokyo, un typhon était prévu sur Osaka, et on ne pensait le voir qu'au retour, manque de chance il nous a suivi, voire précédé à Tokyo, si bien que nous avons passé le weekend sous la pluie), et en admirant les buildings colorés du quartier...

After that, we spent some time in a bar in Shinjuku to rest a little, waiting for the rain to stop (you have to know that during this weekend, a typhoon was supposed to be on Osaka, and we thought we would only pass it coming back to Osaka, but we were unlucky, the typhoon was on Tokyo even before us, so we had a rainy weekend), and admiring the colored buildings of the area...


Histoire de ne pas complètement perdre notre journée, nous sommes allés faire un tour à Shibuya (渋谷, le quartier hype de Tokyo, celui où l'on trouve le célèbre carrefour que des millions de personnes traversent chaque jour, parfois même plusieurs fois par jour, eh oui!) afin d'admirer la horde de parapluies qui mettait un peu de couleurs sous ce ciel gris... C'est ici que nous avons perdu Rémi, ou plus exactement qu'il nous a lâchement abandonnés. Livrés à nous-mêmes, Jocelyn et moi nous sommes baladés aussi tranquillement que la foule nous le permettait. Un courte balade étant donné notre état de fatigue avancée, qui s'est transformée en quête d'un endroit où dormir, et c'est au cours de notre quête que nous sommes tombés devant cette magnifique enseigne :

As we don't wanted to lose our entire daytime, we have been to Shibuya (the kind of fashion area of Tokyo, where is the famous crossroads that millions of people cross everyday) to enjoy the horde of umbrellas that was coloring a little the area... It's here that we lost Rémi, or should I say that he abandoned us, the coward. Left to our own devices, we took a walk as slowly as possible. A really short walk because we were tired, so we finally have been looking for some place to sleep, and we had the chance to see this wonderful shop :


Pour ceux qui ne connaissent pas, l'affiche en-dessous de HOT est un joli portrait de Shinzo Abe, le premier ministre actuel du Japon. J'ai toujours su que c'était un chaud lapin...
Pour en revenir à notre quête, il faut savoir qu'au Japon, les hotels les moins chers sont les love hotels, ceux dans lesquels on peut choisir de ne rester que quelques heures, ou passer la nuit, généralement en charmante compagnie (j'aurais l'occasion d'y revenir)... Sans se dégonfler, on s'est présentés au comptoir d'un love hotel pas cher, malheureusement pour nous il était trop tôt pour espérer trouver une chambre pour la nuit (à 20h, ils ont encore le temps de voir passer pas mal de gens qui viendraient pour des périodes de 10 minutes à 2 heures), et dans le second, ils ont fait semblant de ne pas comprendre ce que l'on voulait (on a appris plus tard qu'il est "interdit" d'accepter 2 hommes). On s'est donc rabattus sur un Capsule hotel, pour vivre une expérience mémorable.

For those who don't know, the poster right below HOT is a picture of Shinzo Abe, Japan's prime minister. I knew he was a "hot rabbit" (if you don't mind)...
You have to know that in Japan, the cheapest hotels are the love hotels, which in you can choose to stay for a few hours, or all night long, usually together with a charming person (I'll talk about that later)... So we tried, we went into a cheap one, but unfortunately it was too early to have a room for the night (as it was 20:00, they can rent rooms to a lot of couples for 10 minutes to 2 hours periods), and in the second one, they acted like they didn't understood what we wanted (we hear later that it is "forbidden" to rent a room for 2 men). So we finally choose a Capsule hotel, and it was an experience we won't forget.



Admirez Jocelyn en tenue d'aliéné, celle que tout le monde doit porter une fois passés les vesitaires.

Enjoy this picture of Jocelyn wearing clothes of an insane person, clothes that everyone have to wear inside the hotel.


Voilà donc à quoi ressemble cet hotel bon marché (au Japon tout au moins). Des couchettes sur deux étages, donc la taille est finalement assez correcte (on tient assis dedans dans toucher le plafond), un design rétro dans tout l'hotel (probablement involontaire), et le splendide peignoir qu'on aurait dû embarquer tant il nous donnait la classe! Quoi qu'il en soit, on a pu dormir une dizaine d'heures correctement, ce qui nous a permis d'aborder la journée suivante un peu plus sereinement...
Le dimanche donc, après avoir retrouvé Rémi dans le même café que la veille, nous avons profité d'un moment de battement entre 2 averses pour nous diriger vers la mairie de Shinjuku en haut de laquelle on peut contempler Tokyo (une ville particulièrement moche sous la pluie, comme en attestent les photos).

So this is what this cheap hotel look like (I mean, cheap in Japan). Kind of closed bunk beds, not so narrow (we don't touch the ceiling when we sit inside), nostalgic style in the whole hotel (I bet they didn't even think about the design when they built it), and those clothes we should have steal because of our classy look inside! Anyway we slept about ten good hours, so the next day was a little easier...
And on the sunday, when we found Rémi in the same bar than the day before, we took the opportunity of the stop of the rain to go to Shinjuku's ward office, from where we have an overall view of Tokyo (an awful city when the rain falls, as you can see on the pictures).



Voilà la mairie en question, dans laquelle on peut choisir de monter dans la tour Nord ou Sud.

This is the ward office, where you can choose to go up to the top of the North or South tower.





Evidemment, la pluie nous a suivi, et les nuages se sont fait assez bas lorsque nous étions en haut de la tour, ce qui a eu pour résultat d'augmenter considérablement la luminosité à l'intérieur, et nous a permis de prendre quelques photos amusantes...

Of course the rain came back, and the clouds were quite low when we were to the top of the tower, so the light increased significantly, and we took some nice pictures.


Suite à cette ascension, nous sommes redescendus sur terre pour rejoindre des amis de Rémi dans un joli petit quartier dont j'ai oublié le nom. La soirée s'est composée d'un bar à narguilés en comité restreint, puis d'un izakaya avec une quinzaine de personnes, et enfin d'un karaoke pour les survivants, karaoke d'une heure seulement (la faute aux derniers trains, l'une des plus grosses tares de ce pays!) après lequel nous avons terminé la nuit dans un Matsuya (une chaîne de restaurant pas chers et pas bons) en compagnie d'un (ex?) employé de chez Sagawa (une autre chaîne japonaise, de transport ou livraison) qui a bien failli tourner de l'oeil en se gavant de gingembre...
La journée du lundi commença un peu plus tard que prévu pour cause de grasse matinée. Une fois prêts, vers 14h, nous sommes allés à Harajuku (原宿), guidés par Rémi qui voulait nous montrer la Takeshita Dôri (竹下道り) dans laquelle on trouve une multitude de boutiques pour habiller les japonais les plus excentriques de la ville. C'est d'ailleurs ici aussi que l'on trouve les japonais excentriques en question.

After that, we met some friends of Rémi in a nice area (I forgot the name). The evening started with a few of them, in a hookah bar, then more friends joined us in an izakaya, and we ended it in a karaoke, one hour only because of the last trains (one of the most irritating thing in this country!) so we really ended the night in a Matsuya (a chain restaurant, cheap and... cheap) with an (ex?) employee of Sagawa (a transport or delivery company) who almost died eating a lot of ginger...
The monday started a little later than we thought, because we slept... Once we were ready, around 14:00, we went to Harajuku, with Rémi as a guide, he wanted to show us the Takeshita Dôri where we can find a lot strange clothes shops where all the eccentric japanese come to find their clothes. We also found all the eccentric japanese.




On a donc remonté toute la rue, noyés dans la foule encore plus étrange que d'habitude (déjà que d'habitude...) jusqu'à arriver devant quelque chose de fantastique (oui comme le plastique, merci Thomas!), une progéniture du marketing omniprésent, un autel dédié à la mascotte d'une boisson énergisante. Evidemment, en bons curieux, nous nous sommes intéressés à la chose, et Rémi a même testé pour nous la boisson en question :

So we walked the street, swallowed up in the crowd stranger than usually (it's strange usually but this time...) and we arrived in front of a fantastic (yes, like the plastic, thanks Thomas!) thing, a product of the omnipresent marketing, an altar dedicated to the mascot of an energising drink. As we are unlookers, we took a great interest in it, and Rémi tried the drink for us :




On ne vous en enverra pas, c'est dégueulasse...
Après nous être enthousiasmés devant ce lapin génial, nous nous sommes éloignés de la rue principale pour découvrir tout un tas de jolies petites ruelles où la végétation est luxuriante et les maisons luxueuses comme vous pourrez le voir sur les photos.

We won't send it to you, it's disgusting...
After being enthusiastic about this crazy rabbit, we moved away from the main street and we found many alleyways with lots of trees and luxurious houses as you can see on the pictures.



C'est dans ce quartier plus calme que nous avons visité une galerie d'art assez surprenante (dont je n'ai malheureusement pas de photos), où étaient exposées les créations de divers artistes (locaux?) dont un Tako San (tako signifiant pieuvre) qui se baladait avec un chapeau en forme de pieuvre et qui jouait de son ukulele branché sur son ampli portatif. Ses peintures ont séduit Rémi et moi qui lui avons acheté des reproductions qui ornent désormais (pour ma part) les murs de ma chambre...
Et nous étions déjà arrivés à la fin du weekend, il était temps de repartir à Osaka, en Shinkansen (新幹線) cette fois, avec un peu de retard sur nos estimations, en raison du typhon et d'un séisme assez important qui a ralenti le trafic. Le voilà le Shinkansen :

It's in this more quiet area that we visit an art gallery where a lot of (local?) artists were exhibiting their creations, one of whom was Tako San (tako means octopus), and he was walking around wearing a tako-hat and playing on his ukulele plugged to a portative amplifier. His paintings were nice so Rémi and I bought him some posters.
And it was already the end of our trip, time for us to go back to Osaka, in Shinkansen this time, later than we thought because of the typhoon and an earthquake that slow down the traffic. There it is, the Shinkansen :


Eh oui, il ressemble à un énorme suppositoire. On a beau le regarder dans tous les sens, on ne comprend pas comment il peut être aussi spacieux à l'intérieur et si bas de l'extérieur. Bon par contre c'est moche dedans...

Yes, it looks like a giant suppository. We can look at it from any side, we don't understand how there is so much space inside while it is so low from outside. Anyway, it's not beautiful inside...


Conclusion : Tokyo c'était moche, mais on y retournera parce que c'était bien quand même (et qu'on n'a pas tout vu).

In other words : Tokyo was ugly, but we'll go again because it was nice anyway (and because we didn't saw it all).

3 comments:

Blu Rules said...

Le monsieur au Ukulélé avait peut-etre perdu sa vrai guitare (Ukulélé ma guitare ?) !!!
HAHAHAHAHAHAHAHAhaha ...
Bon ...
Mais a Tokyo il y a pourtant le Joycity (je crois que ca s'appelle comme ca !) qui vaut le deplacement !
Sinon le poisson a l'air deguelasse !

redrag said...

Tiens, j'avais loupé ça ;)

j'attends la suite de tes péripéties ;)

elia guiheux said...

oh nous aussi on a tripe sur le lapin d'harajuku!!